15 octobre 2017

Bruit lointain D'un moteur Ferrari...

Bruit lointain
D'un moteur
Ferrari,
Douce mélodie
Á jamais imprimée
Dans ma mémoire.
Je les voyais passer
Les Ferrari rouges
Sur l’écran
De la télé
En noir et blanc.
Je les voyais passer
Les Ferrari rouges
Sur la ligne d’arrivée,
Souvent premières,
Les dimanches de Grand Prix.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE