29 mai 2018

Robert Doisneau n'a jamais vu...

Robert Doisneau n'a jamais vu
Les femmes en noir et blanc
Sur les photos de Frédéric.
Il serait mort de jalousie
En voyant
Les femmes en noir et blanc
Sur les photos de Frédéric.
Mais quel Baiser de l’Hôtel de Ville ? !
Rien ne vaut
Les femmes en noir et blanc 
Sur les photos de Frédéric,
Les femmes vignalesques
De Frédèric Vignale,
Les femmes vignalesques 
Du photographe
Frédéric Vignale.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


28 mai 2018

Les anges Chantent faux...

Les anges
Chantent faux
Quand ils ont
Mal au ventre.
Je les ai entendu
Se plaindre
Porte de Montreuil.
Ils chialaient
Comme chialent
Les pingouins
Quand il n'y a plus
De banquise.
Les anges
Chantent faux
Quand ils finissent
En enfer.
Et on les entend gémir
Jusqu’à Nation.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

27 mai 2018

À la buvette De la Maison des Métallos...

À la buvette
De la Maison des Métallos,
Les prix sont abordables
Comme les rêves
En cette fin de journée.
Près du comptoir,
Une rouquine
À la bouche vermeille
Boit un sirop
À la menthe.
Les rêves sont abordables
En cette fin de journée.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

26 mai 2018

Et l'on entend Une petite musique...

Et l'on entend
Une petite musique
Qui accompagne
L’impétuosité
De la lutte.
On dirait
Que sans aucune raison,
Les gestes quotidiens
Jouent
Une partition écrite
Par quelqu'un d'autre
Que nous.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

25 mai 2018

La journée S'annonce Métaphysique...

La journée
S'annonce
Métaphysique.
Une tortue géante
A chipé
Ma feuille de salade.
Ah, la voleuse !
Je suis trop émoussé 
Pour lui courir après.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


24 mai 2018

La fille aînée du roi...

La fille aînée du roi
Est à mon goût,
Mais moi, je vise plus haut.
Mois, je vise la fille unique
Du fermier.
Elle m'a tapé dans l’œil
Avec ses vaches
Et ses fromages
Et son lait tout chaud
Qui sort, sort, sort
Quand je m'agrippe
À ses nichons.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

23 mai 2018

Tous Nos remerciements...

Tous 
Nos remerciements
À la persévérance
Qui luit
Dans la brume
Quand rien
Ne semble
Survivre
À la solitude
Des armes.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

22 mai 2018

Quelque chose D'inachevé...

Quelque chose
D'inachevé,
Quelque chose
Qui manque d’épaisseur,
Un je ne sais pas quoi
D'inaccompli,
C'est ton amour aujourd'hui.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

21 mai 2018

Les bras croisés Je reste...

Les bras croisés
Je reste.
Et je contemple
Le désastre
D'une existence
Quelconque
Qui, de précipice
En précipice,
M'a conduit
Jusqu'à ce banc en bois,
Place Maurice Chevalier.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

20 mai 2018

Le prélude Était proche...

Le prélude
Était proche.
Une délivrance
Instantanée
Arriva.
Les aiguilles
Des montres
Disparurent,
Emportées
Par un tourbillon
De baisers.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE