07 juin 2017

Il me faudrait Tout de suite...

Il me faudrait
Tout de suite
Une multitude
D’hallucinations.
Ça doit
Être bien
De vivre
Dans un asile
De fous.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


06 juin 2017

Parfois, Au réveil...

Parfois,
Au réveil,
Je me sens
Moins faible,
Car pendant
Une demi-seconde,
Je ne me souviens pas
Qui je suis.
Puis la mémoire
Revient...
C'est terrible
Quand
La mémoire
Revient...

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

05 juin 2017

Elle est née, Elle pleure...

Elle est née,
Elle pleure,
Elle chie,
Ça pue énormément.
Il est né,
Il pleure,
Il chie,
Ça pue énormément.
Un jour,
Ils vont
Se rencontrer,
Et ils auront
Des enfants.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

04 juin 2017

La vie Quotidienne Est insupportable...

La vie
Quotidienne
Est insupportable.
On ne vit pas
Dans un film,
On ne vit pas
Dans un roman.
Tout est insupportable,
Car tout est vrai.
On ne vit pas
Dans un film,
On ne vit pas
Dans un roman.
Il n'y a pas
De caméras,
Il n'y a pas
De réalisateur,
Il n'y a pas
D’écrivain
Qui invente
L'histoire.
Tout est vrai.
La vie
Toute entière
Est insupportable,
Car tout est vrai,
Du début
À la fin.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

03 juin 2017

Deux jours Que je ne sors pas...

Deux jours
Que je ne sors pas.
Il pleut très fort
Sur le cerisier,
C'est le déluge.
Et les cerises,
Presque rouges,
Tombent
Comme
Feuilles mortes.
Je ferme
La fenêtre,
Et je me couche
À nouveau.
Deux jours
Que je ne sors pas,
Ou peut-être trois
Ou quatre ou cinq,
Je n'en sais rien,
Et puis,
Quelle importance.
Et les cerises,
Presque rouges,
Tombent
Comme
Feuilles mortes.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


02 juin 2017

Un soir, Un chat M'a griffé Au visage...

Un soir,
Un chat
M'a griffé
Au visage.
Quelques
Gouttes
De sang,
Un léger
Désordre.
Un soir,
Un chat
M'a griffé
Au visage.
Était-il fou,
Encore plus
Que moi ?
Un soir,
Un chat
M'a griffé
Au visage.
Et voilà tout.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

01 juin 2017

Visitez Mes angoisses...

Visitez
Mes angoisses,
La visite
Est guidée.
Visitez
Mes angoisses,
La tenue correcte
N'est pas exigée.
Visitez
Mes angoisses,
L’entrée
Est libre,
Et la sortie
Aussi.
Visitez
Mes angoisses,
Elles n'ont jamais été
Si belles,
Si belles
Qu’aujourd’hui.   
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

31 mai 2017

Ma ravissante Dulcinée...

Ma ravissante
Dulcinée,
Tu es le matin
Qui grise.
Ma ravissante
Dulcinée,
Tu es
L'étreinte
Instantanée.
Ma ravissante
Dulcinée,
On est prêt
Pour le décollage,
Paradisiaque
Décollage.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

30 mai 2017

La réalité Nous assassine tous...

La réalité
Nous assassine tous.
Elle ne finit pas
En prison,
La réalité.
Elle ne prend pas
Perpète,
La réalité.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

29 mai 2017

Nos logiciels Brûlent...

Nos logiciels
Brûlent,
Où sont-ils
Les extincteurs ?
Où sont-ils
Les extincteurs ?
Nous risquons
De perdre
Notre mémoire,
Et de ne plus savoir
D'où l'on vient,
Et où l'on va.
Nos logiciels
Brûlent,
Où sont-ils
Les extincteurs ?
Où sont-ils
Les extincteurs ?
Sauvons
Les derniers vestiges
De notre arche
À la dérive.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE