21 juin 2015

C'est la nuit Du crime...

C'est la nuit
Du crime,
Je vais tuer
Quelqu’un,
Ce sera moi
Ou lui.
C'est la nuit
Du crime,
Je vais tuer
Quelqu’un,
Ce sera dans
Une heure.
C'est la nuit
Du crime,
Je vais tuer
Quelqu’un
Boulevard
Des Batignolles.
C'est la nuit
Du crime,
Je vais tuer
Quelqu’un
Choisi
Au hasard.
C'est la nuit
Du crime,
Je vais tuer
Quelqu’un
Ou peut-être pas...
Faut voir...

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


20 juin 2015

La lame De ce couteau...

La lame
De ce couteau
Bien aiguisé
C'est le plus
Beau miroir
Pour mes chagrins.
Elle va et vient
Sur mes poignets
Comme un archet
Sur un violon
Et c'est
L'enfer...
L'enfer...
L'enfer...

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS 

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

19 juin 2015

On est petit, Infiniment petit...

On est petit,
Infiniment petit.
On est transportés 
Par une vague
Haute de milliards
Et de milliards
De kilomètres.
On s'occupe
Comme on peut.
On mange,
On boit,
On baise,
On pisse,
On chie,
On slame,
On pleure,
On rigole.
Est-ce que
Quelqu’un sait
Où l'on va ?
Est-ce que
Quelqu'un sait
Si je vais
Retrouver
Ma mère ?

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

18 juin 2015

Je vous laisse Ce poème...

Je vous laisse
Ce poème,
Écrit
Sur une nappe
En papier,
Pour vous torcher
Le cul.
Je vous laisse
Ce poème,
Écrit
Sur un ticket
De métro,
Pour vous curer
Les dents.
Je vous laisse
Ce poème,
Écrit
Sur un mur
Délabré,
Pour vous cogner
La tête.
Je vous laisse
Ce poème
Pour chaque
Jour
De votre vie
Car le ciel
Est beau
Mais souvent
Il nous tue...
Car le ciel
Est beau
Mais souvent
Il nous tue...
Car le ciel
Est beau
Mais souvent
Il nous tue.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUSMoyenne

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

17 juin 2015

Je me promène Sur ses fesses...

Je me promène
Sur ses fesses,
Immenses
Comme les jardins
De Versailles.
Je me promène
Sur sa bouche,
Rouge
Comme les fraises
Des bois.
Je me promène
Dans ses yeux,
Grands
Comme l’océan Pacifique
Et l'océan Atlantique.
Je me promène
Sur sa chatte,
Brûlante
Comme une forêt
En feu.
Je me promène
Dans son cœur,
Doux
Comme une confiture 
D'abricot.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

16 juin 2015

Le seul poète C'est moi...

Le seul poète
C'est moi,
C'est moi
À douze ans
Qui se branle
Dans un vieux
Cinéma.
Le seul poète
C'est moi,
C'est moi
À quatorze ans
Qui joue au ballon
Pieds nus
Sur le trottoir.
T'avais raison maman,
Le seul poète c'est moi. 

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

15 juin 2015

Elle n'était pas Chinoise...

Elle n'était pas
Chinoise
La pute
De Belleville.
Elle voulait
Trente euros
Pour me vider
Les couilles
Et moi
Je suis parti
Et le soleil
Tombait
Sur sa poitrine
Et sur mes couilles
Pleines.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

 EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

 

 

Posté par Eduardo Pisani à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,