28 janvier 2017

Il n'y a plus De mandolines...

Il n'y a plus
De mandolines,
Mais moi,
Je les entends
Encore,
Et je mange
Avec
Les mains
Une pizza
Qui n'existe pas.
Je la savoure,
Lentement,
Cette pizza
Qui n'existe pas,
Et je parle
Avec
Ma mère
Qui n'existe pas,
Et je parle
Avec
Mon père
Qui n'existe pas.
Il n'y a plus
De mandolines,
Mais moi,
Je les entends
Encore.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


27 janvier 2017

J'ai appris Ta mort...

J'ai appris
Ta mort,
Et ça m'a
Fait
De la peine.
Je te croyais
À l'abri
Dans ton HLM
Pourri.
J'ai appris
Ta mort,
Et ça m'a
Fait
De la peine.
Tu ne monteras plus
Les marches
De l’église
Saint Eustache,
Les soirs
D'hiver
Pour la soupe
Populaire.
J'ai appris
Ta mort,
Et ça m'a
Fait
De la peine.
Quelle vie
De merde
La nôtre,
Quelle vie
De merde
Mon vieux.
J'ai appris
Ta mort,
Et ça m'a
Fait
De la peine.
J'ai appris
Ta mort
Comme
Si c’était
La mienne.
En mémoire
De Castelli Davide.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

26 janvier 2017

Barbe À papa À volonté...

Barbe
À papa
À volonté
Pour
Tous
Les adultes.
Barbe
À papa
À volonté
Pour
Tous
Les adultes.
Non,
Je rigole,
La barbe
À papa
C'est
Seulement
Pour nous
Les petits.
Pour vous,
Les adultes,
Ce sera
Du fiel,
Du fiel,
Et encore
Du fiel ! ! !

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

25 janvier 2017

J'ai Une collection D'incertitudes...

J'ai
Une collection
D'incertitudes
Qui vaut
Beaucoup plus
Que n'importe
Quelle collection
De timbres.
J'ai
Une collection
D'incertitudes
Que je garde,
Précieusement,
À l’intérieur
De ma tête
Malade.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

24 janvier 2017

À vous, Les grands Méchants...

À vous,
Les grands
Méchants,
Cachés
Derrière
Les écrans
De vos
Ordinateurs,
À vous
Qui avez
Des grosses
Couilles
Molles
Sans rien
Dedans,
À vous
Qui n'avez
Jamais
Utilisé
L'unique
Et maladif
Neurone
Que mère nature
A bien
Voulu
Vous offrir
Le jour
De votre
Naissance,
À vous,
Je lève
Mon verre.
Moi,
Je suis
Un artiste,
Et vous ?
Vous êtes qui ?
Vous faites quoi ?
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


23 janvier 2017

Jeter L’éponge, Se laisser Emporter...

Jeter
L’éponge,
Se laisser
Emporter
Par les événements
Négatifs,
Ne plus
Réagir
Aux coups
Durs,
N’être
Qu'un
Morceau
De bois
Transporté
Par le courant
Sur un fleuve
Noir,
Un fleuve
Noir
Gonflé
Par des pluies
Torrentielles.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

21 janvier 2017

J'ai préparé La valise...

J'ai préparé
La valise,
On ne sait
Jamais.
J'ai préparé
La valise,
Peut-être
La police
Viendra
Me chercher 
Pour
M'emmener
À Vincennes
Avec
Les migrants,
Et ensuite
À la frontière.
J'ai préparé
La valise,
On ne sait
Jamais.
J'ai préparé
La valise,
Pour
La cogner
Sur la tête
Du premier
Policier
Qui voudrait
M'enlever,
À tort,
La liberté.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

20 janvier 2017

Osons Oser...

Osons
Oser,
À la limite
De l'indicible.
Soyons
Cochons,
Soyons
Lapins,
Soyons
Bêtes
De sexe.
Courons
Vers
Le libertinage
Le plus
Absolu,
Avant
Que la
Toile
Se déchire.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

19 janvier 2017

On va Danser La polka...

On va
Danser
La polka,
Le jour
S'en va,
La nuit
Arrive.
La nuit
S'en va,
Le jour
Revient,
Et c'est
Banal.
On va
Danser
La polka,
Partez
En vacances,
Maison
De campagne...
Château,
Vue
Sur la mer...
On va
Danser
La polka,
Mais
Le plus tard
Possible.
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

18 janvier 2017

Si j’étais Français, Je ne voterais pas Marine...

Si j’étais
Français,
Je ne voterais pas
Marine,
Car je ne suis pas
Raciste.
Si j’étais
Français,
Je ne voterais pas
Marine,
Car je ne suis pas
Antisémite.
Si j’étais
Français,
Je ne voterais pas
Marine,
Car je n'aime pas
Son père.
Si j’étais
Français,
Je ne voterais pas
Marine,
Car je n'aime pas
Sa nièce.
Dommage
Pour toi,
Marine,
Que tu sois
Née en France.
Tu aurais fait
Une bonne
Dictatrice,
Si tu étais
Née
En Syrie
Ou bien
En Corée
Du Nord.
Oh Marine,
Quelle bonne
Dictatrice
Tu aurais fait
Avec
Tes boucles
D'or
Et ta voix
Charmeuse ! ! !
 
Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE