17 juin 2015

Je me promène Sur ses fesses...

Je me promène
Sur ses fesses,
Immenses
Comme les jardins
De Versailles.
Je me promène
Sur sa bouche,
Rouge
Comme les fraises
Des bois.
Je me promène
Dans ses yeux,
Grands
Comme l’océan Pacifique
Et l'océan Atlantique.
Je me promène
Sur sa chatte,
Brûlante
Comme une forêt
En feu.
Je me promène
Dans son cœur,
Doux
Comme une confiture 
D'abricot.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


16 juin 2015

Le seul poète C'est moi...

Le seul poète
C'est moi,
C'est moi
À douze ans
Qui se branle
Dans un vieux
Cinéma.
Le seul poète
C'est moi,
C'est moi
À quatorze ans
Qui joue au ballon
Pieds nus
Sur le trottoir.
T'avais raison maman,
Le seul poète c'est moi. 

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

15 juin 2015

Elle n'était pas Chinoise...

Elle n'était pas
Chinoise
La pute
De Belleville.
Elle voulait
Trente euros
Pour me vider
Les couilles
Et moi
Je suis parti
Et le soleil
Tombait
Sur sa poitrine
Et sur mes couilles
Pleines.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

 EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

 

 

Posté par Eduardo Pisani à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,