22 mars 2016

La jeunesse Dorée...

La jeunesse
Dorée
Se vautre
Dans une opulence
Sans limite :
Motos,
Voitures,
Et l'argent
De papa,
Et la fête
Tous les soirs.
La jeunesse
Des paumés,
Ça se passe
En bas des HLM,
Entre une ligne
De coke
Et un vol
À la tire,
Et de temps
En temps,
Pour se changer
Les idées,
Un séjour
En prison
Où l'on te tape
Dessus
Pour te rappeler
Que tu ne fais pas
Partie
De la jeunesse
Dorée.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


21 mars 2016

Je viens De naître...

Je viens
De naître,
Je suis tout petit,
Je suis tout petit.
J'ai des petits pieds,
J'ai des petites mains,
J'ai une petite
Quéquette.
Je grandis,
Je grandis,
Première
Érection, 
Première
Éjaculation,
Premier
Amour.
Je grandis,
Je grandis,
Mariage,
Divorce,
Retraite.
Je suis vieux,
Je suis vieux,
Je suis mort.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

20 mars 2016

Coupez-moi En petits Morceaux...

Coupez-moi
En petits
Morceaux,
Pour que
Les loups
Puissent
Se régaler
Avec
Ma chair,
Pendant
Que mon âme
Se la coule douce
Au paradis des Dieux.
Coupez-moi
En petits
Morceaux,
Ajoutez
Du romarin
Et quelques feuilles
De basilique,
Pour que
Les loups
Puissent
Savourer
Ma chair,
Pendant
Que mon âme
Se la coule douce
Au paradis des Dieux.
Adieu.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

19 mars 2016

Les rires Et les larmes...

Les rires
Et les larmes,
Parfois
Se mélangent,
Et ça donne
Un cocktail
Servi
Par un barman
Invisible.
Il est tellement
Bon
Ce cocktail,
Que je vais
Le boire
Jusqu'à la dernière
Goutte.
À votre santé,
Mes amis.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

18 mars 2016

À la fin, Il ne te restera Que ton nom...

À la fin,
Il ne te restera
Que ton nom
Et ton prénom
Que l'on écrira
Sur une pierre
Tombale.
Les premières années,
On t'apportera
Des fleurs
Tous les trois
Ou quatre mois,
Et puis plus rien,
Car ceux
Qui t'apporteront
Des fleurs,
Ils vont crever
Eux aussi.
Il vaut mieux
S'y prendre
À l'avance.
Choisis-la
Maintenant,
Ta pierre
Tombale.
Un beau marbre
Blanc
Fera l'affaire.
Quant à moi,
Je finirai
Dans une fosse
Commune,
Sans pierre
Tombale,
Car je n'aime pas
Les pierres
Tombales,
Et puis les fleurs,
Ce n'est pas
Mon truc.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


17 mars 2016

Je ne retrouve pas Les mots...

Je ne retrouve pas
Les mots.
Pourtant,
Je les avais mis
De côté.
Je les avais ici,
Dans ma tête.
Où sont-ils passés,
Tous ces jolis
Mots ?
Tiens,
Je me souviens,
Non, trop tard,
Je les ai oubliés
À nouveau,
Tous ces jolis
Mots
Que j'avais mis
De côté.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

16 mars 2016

Douce mort...

Douce mort,
Viens me faucher
Au milieu
De la nuit,
Pendant
Que je dors.
J'ai hâte
De quitter
Ce monde infâme.
Je ne veux plus
Voir
Ces monstres
Abominables
Qui m'entourent
Avec
Leurs tentacules.
Douce mort,
Je t’attends
Avec
Impatience.
Je suis prêt.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

Posté par Eduardo Pisani à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

15 mars 2016

Comme un loup Solitaire...

Comme un loup
Solitaire,
Je fais bande à part.
Je ne lis pas
Les journaux,
Je n’écoute pas
La radio,
Et avec un coup
De pied,
J'ai cassé l’écran
De la télé.
Je ne cherche plus
Personne,
Et plus personne
Ne me cherche.
Je suis peinard
Comme un cheval
De course
Qui n'a plus
D'obstacles 
À franchir.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

14 mars 2016

La métamorphose Est irréversible...

La métamorphose
Est irréversible.
On ne la reconnaît plus.
Elle a perdu
Trente kilos.
Ça ne pardonne pas,
Le cancer du foie.
Elle ne le sait pas
Qu'elle va crever.
Ses enfants
Ne lui ont rien dit,
Et son mari non plus.
Mais elle doit bien
Se douter
De quelque chose.
Elle passe
Ses journées
Au lit,
En attendant
Les médicaments
Du matin, 
Les médicaments
De l’après midi,
Les médicaments
Du soir.
La métamorphose
Est irréversible,
C'est le prix
À payer
Pour passer
De l'autre côté.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

13 mars 2016

Aucun bruit...

Aucun bruit,
Le silence total,
On t'enferme
Dans un cercueil,
Et l'on t'oublie,
Tu n'existes plus.
Les autres continuent
La fête
Sans toi,
Comme si tu n'avais
Jamais
Existé.
Personne
Ne se souviendra
De ton visage,
Il ne restera
Rien
De ton voyage
Sur terre.
Voilà
Comment ça se passe.
Maintenant,
Continue
De rigoler.
Il y a
Des beaux jours
Devant toi.
Tu peux encore  
Baiser
Des milliers
De fois.
Tu peux encore
Boire,
Chanter,
Danser,
Et avec un peu
De chance,
Aimer.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

Posté par Eduardo Pisani à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,