07 mars 2016

J'ai dessiné Une belle maison...

J'ai dessiné
Une belle maison
Avec un fleuve
Qui passe
Juste à côté.
J'ai dessiné
Un beau soleil
Dans un ciel bleu.
J'ai dessiné
Un homme
Et une femme
Et plein d’enfants.
J'ai dessiné
Le bonheur
Qui me fuit
Depuis toujours.
Quelques crayons
De couleur,
Et le bonheur
Est là,
Devant mes yeux.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE


06 mars 2016

Elle est tombée Amoureuse...

Elle est tombée
Amoureuse
De son sex toy,
Acheté
Dans un sex shop
De la rue Saint-Denis.
Elle ne le quitte
Jamais,
Son sex toy.
Elle le met
Dans sa bouche,
Elle le met
Dans sa chatte,
Son sex toy.
Quelle belle
Histoire d'amour
Entre elle
Et son sex toy.
C'est sûr
Que son sex toy
Ne la trompera pas
Comme tous ces
Connards
Qui l'ont baisée
Avant.
Et puis son sex toy
Ne pose pas
De questions.
Et puis son sex toy
N'est jamais
Fatigué.
Les nuits
Sont toujours belles
Avec son sex toy.
Elle peut jouir
Tout le temps
Avec son sex toy.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

05 mars 2016

Il est Bien décidé...

Il est
Bien décidé
À finir
La bouteille,
Même
S'il ne tient plus
Debout.
Son gros ventre
Est rempli
De vinasse
Et de pâtes.
Il n'a presque plus
De dents.
Il n'a pas envie
De rentrer
Chez lui,
Car chez lui
C'est tout petit,
Chez lui,
Il n'arrive pas
À respirer.
Il passe
Ses journées,
Assis
Dans une église,
Mais le bon Dieu
Ne lui a jamais
Parlé.
Il ne connaît
Que des pauvres,
Encore plus pauvres
Que lui.
Il aimerait
Se taper une femme,
Mais les femmes
Ont peur de lui.
Il est comme
Un ours,
Un vieux ours
En train de crever.
Il est
Bien décidé
À finir
La bouteille.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

04 mars 2016

J'ai vu Verlaine...

J'ai vu Verlaine
Enculer Rimbaud.
J'ai vu Marilyn Monroe
Se faire prendre
En sandwich
Par les frères Kennedy.
J'ai vu Cléopâtre
Faire une pipe
À Jules César.
J'ai vu Simone de Beauvoir
Faire une branlette
Espagnole
À Jean-Paul Sartre.
J'ai vu George Sand
Lécher les couilles
De Chopin.
J'ai vu Bonny Parker
Se faire bouffer
La chatte
Par Clyde Barrow.
J'ai vu Rodin
Prendre en levrette
Camille Claudel.
J'ai vu
Tout ça,
Dès que je suis arrivé.
Je crois
Que je vais bien
M'y plaire,
Ici, au paradis.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

03 mars 2016

Entre eux...

Entre eux,
Le courant
Ne passe plus.
Entre eux,
C'est la guerre
Des mondes.
Leur nid
D'amour
Est devenu
Une prison.
Elle attend
Peut-être
Que lui
S'en aille
Pour avoir
Un peu plus
De place.
Où est passé
La passion
Des premières années ?
Même la nuit
Ne les rapproche pas.
Ils ne s'aiment plus
Mais ils vivent
Toujours ensemble,
En attendant
Peut-être
Que le courant
Passe à nouveau
Entre eux.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

Posté par Eduardo Pisani à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


02 mars 2016

Pendant Une demi-seconde...

Pendant
Une demi-seconde,
J'ai cru
Que j'avais fait
Le bon choix.
Pendant
Une demi-seconde,
J'ai cru
Que ça pouvait
Marcher.
Pendant
Une demi-seconde,
J'ai cru
Que j'allais
M'en sortir,
Eh bien non.
Je suis condamné
À rester ici,
Dans cette impasse
Sans lumière
Où les très rares 
Passants
Ne me disent
Même pas bonjour.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

01 mars 2016

Joue-moi L’infirmière...

Joue-moi
L’infirmière,
J'ai la fièvre
Qui monte.
Prends-moi
La température.
Fais-moi
Un scanner
Avec tes mains,
Avec ta bouche.
J'ai froid,
J'ai froid,
Couvre-moi
Avec ton corps.
Joue-moi
L'infirmière.
Fais-moi
Une piqûre
Avec ton poison,
Que je puisse
Toucher le plafond
Une dernière fois.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

29 février 2016

Cherchez pas À comprendre...

Cherchez pas
À comprendre,
Vous n'y arriverez pas.
Il y a
Une foule
De souvenirs,
Cachés
Dans ma mémoire.
Il y a
Une foule
De souvenirs
Qui se disputent
Entre eux.
La nuit,
ils font du bruit,
Et mon cerveau
Explose,
Je tremble
Et je maudis
Le jour
Où je suis né.
Cherchez pas
À comprendre,
Vous n'y arriverez pas.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

28 février 2016

Vous, les fumiers...

Vous, les fumiers,
Vous, les enculés,
Vous, les raclures,
Allez vous faire foutre
Avant que le jour
Arrive.
Vous, les Thénardier,
Vous, les sacs à merde,
Vous, les trous de cul,
Disparaissez de ma vue
Que j'ai besoin
De vivre.
Vous les pourritures,
Vous, les fripouilles,
Vous, les enfants de salaud,
Allez baiser
Quelqu’un d'autre
Que moi.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE

27 février 2016

J'ai passé La soirée...

J'ai passé
La soirée
Sur Youporn.
Trois fois,
Je me suis
Branlé.
Maintenant,
C'est le calme absolu,
Dans ma tête
Et dans mes
Couilles.
Je partirais bien
En Alaska
Pour un an ou deux.
Il paraît
Qu'en Alaska,
Les filles
Sont chaudes.

Eduardo Pisani

 

LES POÈMES TOUT NUS

LES POÈMES TOUT NUS

EDUARDO PISANI

LES POÈMES TOUT NUS - DÉTAIL COUVERTURE